TABERNACLE PIERRE DE PUISSANCE

Rechercher

Aller au contenu

L'histoire de sa Vie

WILLIAM BRANHAM

LA NUEE MYSTERIEUSE DU 28 FEVRIER 1963

Les 7 Prophéties de 1933 : William Branham

Titre : UN PROPHETE ? A LA FIN DES TEMPS.



Dans la Bible, Dieu a toujours apporté Son Message aux gens du monde entier par le prophète de l’âge. Il a parlé à Moïse par un buisson ardent et lui a donné la commission de conduire les Hébreux hors d’Égypte. La Colonne de Feu visible et d’autres signes ont été donnés pour confirmer le ministère de Moïse. Jean-Baptiste a apporté un Message pour préparer le monde à la venue du Messie. Au moment où Jean baptisait le Seigneur Jésus dans le Jourdain, une Voix venant du Ciel a confirmé la commission qu’il avait reçue de présenter l’Agneau de Dieu“Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai trouvé mon plaisir.” Des années plus tard, la Voix du Seigneur s’est fait de nouveau entendre parlant à un prophète, quand Il a parlé à Paul par une Lumière aveuglante, lui donnant plus tard la commission de mettre les églises en ordre. À aucun moment, ni dans l’Ancien Testament ni dans le Nouveau, Dieu n’a parlé à Son peuple par un système dénominationnel ou une organisation religieuse. Il a toujours parlé aux gens par un hommeSon prophète. Et Il a confirmé ces prophètes par des signes surnaturels.

Mais qu’en est-il aujourd’hui? Dieu révèle-t-Il toujours Sa Parole aux prophètes? Y a-t-il toujours des signes surnaturels? Dieu enverrait-Il dans le monde un prophète des temps modernes? La réponse est claire“Oui!”

Mais comment saurons-nous quand un prophète paraîtra? À quoi ressemblera-t-il? Comment agira-t-il? Quel signe nous donnera-t-il? Quels passages de l’Écriture accomplira-t-il?

Les prophètes d’autrefois étaient de vaillants hommes de Dieu, qui n’avaient pas peur de s’opposer aux organisations religieuses. Et, de ce fait, ils se faisaient presque toujours injurier par le clergé. Élie lança un défi aux organisations religieuses de son époque, en leur demandant à quelle offrande Dieu allait avoir égard, la leur ou la sienne. Ils poussèrent des cris. Ils prophétisèrent. Ils sautèrent devant l’autel. Ils se firent des incisions avec des épées. Mais Dieu ne les écouta pas. Élie leva les yeux vers le Ciel et dit“Que l’on sache aujourd’hui que tu es Dieu en Israël, que je suis ton serviteur, et que j’ai fait toutes ces choses par ta parole.” Puis il réclama que le feu tombe du Ciel pour consumer l’offrande. Le prophète Michée s’opposa au roi d’Israël et à tout le clergé, quand il réprimanda Sédécias, le souverain sacrificateur, pour avoir prophétisé un mensonge. Le souverain sacrificateur le frappa sur la joue, et le roi l’emprisonna pour avoir dit la vérité. Même le Seigneur Jésus fut tellement haï par les organisations religieuses de Son époque, qu’elles Le crucifièrent à côté des criminels les plus infâmes. Si l’histoire se vérifie, un prophète serait haï par le système dénominationnel actuel, et on l’étiquetterait comme hérétique, comme faux prophète, ou pire encore. Mais Dieu se tiendrait aux côtés de Son serviteur.

S’il y avait un prophète dans les temps actuels, comment serait-il accepté par l’église catholique? par l’église baptiste? par l’église luthérienne? par toute autre dénomination?

Le Seigneur Jésus a donné à tous ceux qui croient en Lui ce mandat“Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cruen mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris” (Marc 16:17-18) Ce passage de l’Écriture est-il valable aujourd’hui? S’il n’est plus valable, depuis quand les Paroles du Seigneur sont-Elles périmées? D’un bout à l’autre de la Bible, les prophètes ont été capables de guérir les malades, de chasser les démons et d’accomplir des miracles. Moïse plaça le serpent d’airain devant le peuple d’Israël pour les guérir de la morsure des serpents venimeux (Nombres 21:9) Naaman, un Syrien puissant, vint vers Élisée pour être guéri de la lèpre (II Rois 5:9) Quand un jeune homme fit une chute mortelle depuis la fenêtre de l’étage supérieur, l’apôtre Paul le prit dans ses bras et ramena son corps mort à la vie (Actes 20:10). Nous ne connaissons qu’environ trois ans et demi de la vie de notre Seigneur Jésus, mais pendant ces années Il ne cessa de guérir les malades. Les aveugles recouvrèrent la vue. Les lépreux furent guéris. Les sourds entendirent à nouveau. Les boiteux marchèrent. Toute infirmité fut guérie (Matthieu 4:23)

Dieu n’a pas confirmé Ses prophètes seulement par des guérisons. Même les secrets du cœur les mieux gardés furent révélés à ces hommes de Dieu. Le roi Nébucadnetsar avait eu un songe troublant, mais ne s’en souvenait pas. Le prophète Daniel a fait connaître au roi le songe qu’il avait eu et la prophétie qui s’y rattachait (Daniel 2:28) Lorsque la reine de Séba se présenta devant Salomon, il n’y eut rien que celui-ci ne sût lui expliqué. Rien ne resta caché à Salomon quand la reine de Séba se présenta devant lui. Il était tellement rempli de l’Esprit qu’il répondit aux questions qu’elle avait dans son cœurmêmequ’elle les lui pose (I Rois 10:3) Élisée rapporta au roi d’Israël tous les plans du roi de Syrie, même les paroles qu’il prononçait en privé, dans sa chambre à coucher (II Rois 6:12)

Par Ses actions, le Seigneur Jésus a souvent montré que cet Esprit de discernement était l’Esprit de Christ. Il discerna la nature de Nathanaël quand Il dit “Voici vraiment un Israélite dans lequel il n’y a point de fraude!” Et Jésus dit encore à Nathanaël où il était quand Philippe lui avait parlé du Messie (Jean 1.48). Quand Nathanaël vit que Jésus connaissait son cœur, il Le reconnut immédiatement comme le Christ. La première fois que Jésus vit Pierre, Il lui dit le nom de son père Jonas (Jean 1:42) Alors Pierre quitta tout et suivit Jésus jusqu’à la fin de sa vie. Jésus rencontra la Samaritaine au puits et lui dit ses péchés passés. Aussitôt, la femme lui dit “Seigneur, je vois que tu es prophète” (Jean 4:19) Ces trois personnes étaient d’horizons différents, pourtant elles reconnurent immédiatement Jésus quand Il manifesta le don de discernement.

Ce don a-t-il disparu quand la dernière page de la Bible fut écrite? Si ces miracles sont écrits si clairement dans la Bible, où sont-ils aujourd’hui? Un prophète des temps modernes serait certainement confirmé par des miracles.
Dieu a-t-Il oublié Son peuple? Est-Il toujours capable de guérir les malades? Nous parle-t-Il toujours par Ses prophètes? L’un des prophètes a-t-il vu notre jour d’avance?

Y a-t-il des prophéties qui doivent encore s’accomplir?



La promesse d'un prophète dans les derniers jours

Les tout derniers mots écrits dans l’Ancien Testament sont une promesse “Voici, je vous enverrai Élie, le prophète, avant que le jour de l’Éternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit” (Malachie 4:5-6)

Le jour de l’Éternel, ce jour grand et redoutable, doit encore venir, alors nous devrions sincèrement attendre le prophète Élie. Dans la Bible, les prophètes ne sont pas venus vers les organisations religieuses traditionnelles. Ils sont venus vers quelques personnes choisies. Et si le prophète de Malachie 4 était venu et qu’on l’ait manqué? Qu’arriverait-il s’il était comme les prophètes de jadis et que seule une poignée de gens le reconnaissent? Si ce prophète doit revenir dans les derniers jours, comment le reconnaîtrons-nous? On peut voir la réponse clairement dans les Écritures. Il aura la nature d’un prophète. Il connaîtra les secrets du cœur. Il accomplira des miracles. Les organisations religieuses essaieront de le discréditer. Mais il y aura quelques personnes choisies qui le reconnaîtront comme le messager promis pour ce jour.

Quand Élie reviendra, comment le saurons-nous? Quelles sont les caractéristiques qui nous permettront de le reconnaître?
Élie était un homme du désert. De grands signes et prodiges accompagnèrent son ministère. Il prêcha contre les péchés de son temps. Il prêcha particulièrement contre l’immoralité de la reine Jézabel. Quand Élie fut emmené au Ciel dans un char de feu, son esprit descendit sur Élisée. De grands signes et prodiges marquèrent alors le ministère d’Élisée, et il prêcha aussi contre les péchés du monde. Les deux prophètes se tinrent seuls contre les organisations religieuses de leur temps. Des centaines d’années plus tard, le même esprit revint sur la terre en Jean-Baptiste. Le prophète Malachie avait prédit qu’Élie reviendrait pour présenter le Seigneur, Voici j’enverrai mon messager; il préparera le chemin devant moi (Malachie 3:1) Jean-Baptiste fut fidèle à lui-même quand il adressa un appel à la repentance aux enfants de Dieu. Comme Élie, il prêcha contre le roi et les organisations religieuses de son temps. Le Seigneur Jésus confirma que Jean-Baptiste était le prophète de Malachie 3, dans l’Évangile de Matthieu (11.10)“ Car c’est celui dont il est écrit Voici, j’envoie mon messager devant ta face, pour préparer ton chemin devant toi.” Luc 1:17 dit que l’esprit d’Élie devait être en Jean-Baptiste marchera devant Dieu avec l’esprit et la puissance d’Élie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants…Mais remarquez que la seconde partie de Malachie 4 devait encore s’accomplir…et le cœur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit.Cette partie de l’Écriture s’accomplira avant la seconde Venue de Christ.

Deux mille ans après Jean-Baptiste, le moment est venu pour l’esprit d’Élie de revenir sur la terre.

Ce jour est arrivé! Dans notre âge, nous avons vu l’esprit d’Élie revenir. Il a défié le système dénominationnel actuel. Il s’est élevé contre les péchés du monde. Il a opéré d’innombrables signes et prodiges. Il a prêché toute la Bible, mot pour mot, de la Genèse à l’Apocalypse. Le prophète de Malachieest venu, comme promis, et il a apporté un Message provenant du trône du Dieu Tout-Puissant. Ce prophète s’appelleWilliam Marrion Branham. Nous l’appelons “Frère Branham”.

“J’ai aimé William Branham, que je crois être un prophète de Dieu.”

Oral Roberts, évangéliste de renommée mondiale et fondateur de l’Université Oral Roberts.

“William Branham, le prophète de Dieu, est venu parmi nous et nous a montré, au vingtième siècle, exactement les mêmes choses que celles qui nous avaient été montrées dans les Évangiles. […] Dieu a visité Son peuple, car un grand prophète a paru au milieu de nous.”

Dr T. L. Osborn, évangéliste pentecôtiste et auteur accompli.

“Avant de prier pour quelqu’un, il lui donnait des informations exactes sur ses maladies, et aussi des informations sur sa vie — l’endroit où il habitait, ses activités, ses actions — même jusque dans son enfance. Durant toutes les années où j’ai été avec lui, Branham n’a pas fait une seule erreur en prononçant la parole de connaissance. Ce qui représente des milliers de cas dont j’ai été témoin.”

Ern Baxter, évangéliste, organisateur des campagnes Branham pendant sept ans, et l’un des dirigeants fondateurs du Mouvement britannique de la Nouvelle Église.

Jamais, depuis que le Seigneur Jésus-Christ a marché sur cette terre, un homme n’a influé sur le monde d’une manière aussi profonde. Depuis un début de vie modeste dans une cabane d’une seule pièce, dans les collines du Kentucky, jusqu’à Amarillo au Texas, où le Seigneur l’a rappelé à la maison, sa vie a été continuellement marquée par des événements surnaturels. Sous la direction de l’Ange du Seigneur, en 1946, le ministère de Frère Branham a produit une étincelle qui a déclenché une période de grands réveils de guérison, qui ont balayé l’Amérique et le monde entier. Jusqu’à ce jour, William Branham est reconnu par certains historiens chrétiens comme le “père” et le “leader” du réveil de guérison des années 50. Ce réveil a transformé l’église pentecôtiste et donné l’essor au mouvement charismatique, dont l’influence s’exerce aujourd’hui sur presque toutes les dénominations protestantes. Cependant, comme on pouvait s’y attendre, les dénominations ne tiennent pas compte des enseignements de Frère Branham et nient sa commission.

Partout où Frère Branham est allé, Dieu a prouvé qu’il était le prophète pour notre génération. Comme Job, le Seigneur lui a parlé dans un tourbillon. Comme Moïse, on a vu la Colonne de Feu le conduire. Comme Michée, il s’est fait injurier par le clergé. Comme Élie, c’était un homme qui aimait les régions sauvages. Comme Jérémie, il a reçu sa commission d’un Ange. Comme Daniel, il a eu des visions du futur. Comme le Seigneur Jésus, il a connu les secrets du cœur. Et comme Paul, il a guéri les malades.

Le Seigneur a de nouveau visité Son peuple par un prophète. Au temps le plus sombre de l’histoire, où la moralité a sombré dans des profondeurs jamais vues auparavant et où des armes de destruction massive sont une menace à l’horizon, un homme humble a été envoyé de la présence de Dieu pour appeler une race moribonde à la repentance.
Jean, le disciple bien-aimé, a écrit à propos du Seigneur Jésusésus a fait encore beaucoup d’autres choses; si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde même pût contenir les livres qu’on écrirait (Jean 21:25) On peut dire la même chose de la vie de Frère Branham. Plus de 1200 sermons enregistrés contiennent des milliers d’histoires sur la vie de ce vaillant homme. Aujourd’hui encore, nous entendons sans cesse de nouveaux témoignages de son influence sur la vie de millions de personnes. Cette brochure ne pourra qu’effleurer l’impact que cet homme de Dieu a eu sur le monde.


Le début


“Quand je suis né dans une petite cabane là-bas au Kentucky, l’Ange du Seigneur est entré par la fenêtre et s’est tenu là. C’était une Colonne de Feu.”

L’aube venait tout juste de percer l’obscurité de ce ciel frais d’avril. L’unique fenêtre en bois s’ouvrit pour laisser entrer la lumière matinale dans la minuscule cabane d’une seule pièce. Un rouge-gorge qui se tenait près de la fenêtre semblait particulièrement excité ce matin-là et chantait à pleins poumons. À l’intérieur de la cabane, le jeune Charles Branham mit ses mains dans ses salopettes flambant neuves et regarda sa femme âgée de 15 ans. “Nous l’appellerons William”, dit le père.

Une Lumière surnaturelle entra par la fenêtre. La Lumière se déplaça dans la pièce et s’arrêta au-dessus du lit où se trouvait le nouveau-né. C’est cette même Lumière qui avait fait sortir les enfants hébreux d’Égypte. C’est cette même Lumière qui avait rencontré Paul sur le chemin de Damas. Et c’est Elle qui allait maintenant conduire cet enfant destiné à appeler l’Épouse de Christ à sortir du monde. Cette Lumière n’était nul autre que l’Ange du Seigneur, la Colonne de FeuElle était de nouveau apparue à l’homme.

Et là, dans cette petite cabane en rondins, ce matin du 6 avril, la sage-femme a ouvert la fenêtre pour laisser pénétrer la lumière, afin que maman et papa puissent voir comment j’étais. C’est alors qu’une Lumière de la grandeur d’un oreiller est entrée par la fenêtre en tourbillonnant. Elle a décrit un cercle autour de l’endroit où je me trouvais et Elle est descendue sur le lit. Plusieurs montagnards se tenaient là. Ils pleuraient.

La modeste demeure se trouvait dans les collines du sud du Kentucky, près de la petite ville de Burkesville. C’était le 6 avril 1909. Le bébé était le premier des dix enfants qu’ont eus Charles et Ella Branham.

À peine quelques années plus tard, l’Ange du Seigneur visita de nouveau le jeune William Branham.
Il était enfant lorsque l’Ange lui parla pour la première fois, lui disant qu’il allait habiter et passer sa vie près d’une ville du nom de New Albany. Il rentra dans la maison et raconta à sa mère ce qui venait d’arriver. Comme n’importe quelle mère, n’accordant pas beaucoup d’importance à ce qu’il dit, elle le mit au lit pour calmer ses jeunes nerfs. Deux ans plus tard, sa famille alla s’installer à Jeffersonville, dans l’Indiana, à quelques kilomètres seulement de New Albany, une ville du sud de l’Indiana.

Quelques années plus tard, l’Ange parla de nouveau au jeune prophète. C’était une journée tranquille de septembre, et le soleil chaud brillait à travers les feuilles aux couleurs automnales. Le garçon marchait en boitant, alors qu’il transportait deux seaux d’eau sur le sentier. Il avait un épi de maïs attaché à son orteil blessé, pour éviter son contact avec la terre. Il s’assit pour se reposer à l’ombre d’un grand peuplier. Les larmes ruisselaient sur son visage, alors qu’il pleurait sur son malheurses amis étaient en train de s’amuser à pêcher dans la mare du coin, et lui était condamné à transporter de l’eau pour son père. Tout à coup, un vent se mit à tourbillonner dans l’arbre, au-dessus de lui. Il s’essuya les yeux et se leva. Il entendit le bruit des feuilles qui s’agitaient dans le vent… mais il n’y avait pas de vent. Il leva les yeux et, à mi-hauteur du peuplier, il y avait quelque chose qui faisait tourbillonner les feuilles sèches.

Tout à coup, une Voix parla“Ne bois pas, ne fume pas et ne souille ton corps d’aucune façon, tu auras une œuvre à accomplir quand tu seras plus âgé.” Effrayé, le garçon de sept ans laissa tomber ses seaux et courut vers sa mère.
Comme Dieu l’avait fait pour le prophète Samuel, Dieu avait de nouveau parlé à un enfant.

Quelques semaines plus tard, il jouait aux billes avec son plus jeune frère. Un sentiment étrange l’envahit. Il regarda par-dessus la rivière Ohio et vit un magnifique pont. Seize hommes moururent en tombant du pont qui allait enjamber la rivière. Le jeune prophète avait eu sa première vision. Il la raconta à sa mère, qui écrivit son récit. Des années plus tard, 16 hommes moururent en tombant du pont de la 2ème Rue, à Louisville, dans le Kentucky, pendant sa construction sur la rivière Ohio.

Le Seigneur lui donnait des visions du futur. Et comme pour les prophètes qui l’ont précédé, les visions n’ont jamais failli.

Le Messager, p. 4



Les jeunes années

Durant toute sa vie, Frère Branham aspira à être dans des endroits sauvages. À 18 ans, il quitta l’Indiana pour les montagnes accidentées de l’Ouest. Son séjour en Arizona fut cependant de courte durée, car il fut forcé de rentrer.

Un jour j’ai décidé que j’avais trouvé un moyen de me débarrasser de cet appelj’irais dans l’Ouest travailler dans un ranch. Mon ami, Dieu est tout aussi grand là-bas que n’importe où. Puissiez-vous tirer profit de mon expérience. Quand Il vous appelle, répondez-Lui.

Par un matin de septembre de l’an 1927, j’ai annoncé à maman que je partais en camping à Tunnel Mill, qui se trouvait à environ quatorze milles [vingt-trois kilomètres] de Jeffersonville, où nous habitions à l’époque. J’avais déjà fait les préparatifs pour partir en Arizona avec quelques amis. Les prochaines nouvelles que maman a eues de moi, je n’étais pas à Tunnel Mill, mais à Phoenix, en Arizona, en train de fuir le Dieu d’Amour. La vie de ranch, ce fut bien agréable pendant quelque temps, mais on s’en lasse vite, comme de tous les autres plaisirs de ce monde. Par contre, permettez-moi de dire iciGloire à Dieu, l’expérience avec Jésus, elle, devient toujours plus douce, et on ne s’en lasse jamais. Jésus procure toujours une paix et une consolation parfaites.

Bien des fois j’ai entendu le vent souffler dans les grands pins. Il me semblait entendre Sa voix qui appelait, très loin dans la forêt, qui disait “Adam, où es-tu?” Les étoiles semblaient tellement proches qu’on aurait pu les prendre avec la main. Dieu semblait être si près.

On dirait qu’il y a quelque chose dans cette région-là qui, encore aujourd’hui, a un sens vraiment spécial pour moi, ce sont les routes du désert. Si jamais on sort de la route, il est tellement facile de se perdre. Combien de fois les touristes, en apercevant des petites fleurs du désert, sortent de la route pour aller les cueillir. Ils se mettent à errer dans le désert et s’y perdent, et parfois ils y meurent de soif. Il en va de même de la voie chrétienneDieu a une route. Il en parle dans Ésaïe, chapitre 35. Elle s’appelle la
“route de la Sainteté”. Très souvent les petits plaisirs de ce monde vous entraînent hors de la route. Vous avez alors perdu votre expérience avec Dieu. Quand on est perdu dans le désert, on voit parfois apparaître un mirage. Pour des gens qui sont en train de mourir de soif, ce mirage, ce sera une rivière ou un lac. Très souvent les gens vont se mettre à courir après ces mirages, ils se jetteront sur eux et se retrouveront simplement en train de se baigner dans le sable chaud. Parfois le diable va vous montrer quelque chose que lui, il appelle une vie agréable. Ce n’est qu’un mirage, quelque chose qui n’est pas réel. Si vous écoutez, vous vous retrouverez submergé de chagrins, c’est tout. Cher lecteur, ne l’écoutez pas. Croyez en Jésus, qui donne de l’eau vive à ceux qui ont faim et soif.

Un jour j’ai reçu une lettre de la maison, où on m’annonçait qu’un de mes frères était très malade. Il s’agissait d’Édouard, le plus âgé après moi. Évidemment, comme je pensais que ce n’était pas grave, je croyais qu’il se remettrait. Mais quelques jours plus tard, un soir que je revenais de la ville, en passant dans la cantine du ranch, j’ai vu un bout de papier sur la table. Je l’ai ramassé. Il était écrit “Bill, rends-toi au pâturage du nord. Très important.” Après avoir lu cette note, j’ai marché vers le pâturage avec un ami. La première personne que j’ai rencontrée, c’est un vieux cow-boy du Texas qui travaillait au ranch. Son nom était Durfy, mais nous, on l’appelait “Pop”. Le visage empreint de tristesse, il m’a dit“Billy, mon garçon, j’ai une mauvaise nouvelle pour toi.” Au même moment, le contremaître est arrivé. Ils m’ont annoncé qu’un télégramme venait d’arrivermon frère était mort.

Cher ami, pendant un moment, je ne pouvais plus bouger. C’était la première mort dans notre famille. Mais je tiens à dire que la première chose à laquelle j’ai pensé, c’est que je me suis demandé s’il était prêt à mourir. Je me suis retourné et j’ai promené mes regards sur la prairie toute jaune, alors que les larmes coulaient sur mes joues. Que de souvenirs, comme il nous avait fallu lutter quand nous étions enfants ensemble, comme c’était pénible pour nous.
Nous allions à l’école avec à peine assez à manger. Nos orteils sortaient de nos chaussures, et il nous fallait épingler nos vieux manteaux au cou, parce que nous n’avions pas de chemise. Je me rappelais aussi le jour où, pour notre dîner, maman nous avait mis du pop-corn dans un petit seau. Nous ne mangions pas avec les autres enfants; nous n’avions pas les moyens de nous payer la même nourriture qu’eux. Nous nous éclipsions toujours derrière la colline pour manger. Je me souviens que le jour où nous avons eu du pop-corn, pour nous c’était un vrai festin. Aussi, pour m’assurer que j’aie eu ma part, je suis sorti avant midi, et j’en ai pris une bonne poignée avant que frérot ait sa part.

Alors, en promenant mes regards sur la prairie desséchée par le soleil, je pensais à toutes ces choses et je me demandais si Dieu l’avait emporté vers un endroit meilleur. Encore là, Dieu m’a appelé, mais, comme d’habitude, j’ai cherché à résister.

Je me suis préparé à rentrer pour les funérailles. Quand le pasteur McKinney de l’église de Port Fulton, un homme qui est comme un père pour moi, a prêché aux funérailles, il a mentionné ceci“Il y a peut-être des gens ici qui ne connaissent pas Dieu, s’il y en a, c’est maintenant le moment de vous attendre à Lui.” Oh, comme je me suis agrippé à mon siège! De nouveau, Dieu traitait avec moi. Cher lecteur, quand Il appelle, répondez-Lui.

Je n’oublierai jamais combien mon pauvre vieux papa et ma pauvre vieille maman ont pleuré après les funérailles. Je voulais retourner dans l’Ouest, mais maman m’a tellement supplié que j’ai fini par accepter de rester si j’arrivais à trouver du travail. Je n’ai pas tardé à trouver un emploi pour le compte des services publics de l’Indiana.

Environ deux ans plus tard, alors que je vérifiais des compteurs à l’atelier de compteurs de l’usine à gaz de New Albany, j’ai été intoxiqué par le gaz, et je m’en suis ressenti pendant des semaines. Je suis allé consulter tous les médecins que je connaissais. Rien n’allégeait mes souffrances. J’avais des aigreurs d’estomac, séquelles de l’intoxication par le gaz. Mon état empirait toujours. On m’a envoyé consulter des spécialistes de Louisville, dans le Kentucky. Ils ont conclu qu’il s’agissait de mon appendice et m’ont annoncé qu’il me faudrait subir une opération. Je n’arrivais pas à le croire, puisque je n’avais jamais eu mal au côté. Les médecins ont déclaré qu’ils ne pouvaient rien faire de plus pour moi tant que je n’aurais pas été opéré. J’ai fini par accepter, mais j’ai exigé qu’ils procèdent par anesthésie locale pour que je puisse suivre l’opération.

Oh, je voulais avoir quelqu’un qui connaissait Dieu auprès de moi. Je croyais à la prière mais je n’arrivais pas à prier. Alors le pasteur de la Première Église Baptiste m’a accompagné à la salle d’opération.

Quand ils m’ont transporté de la table à mon lit, je sentais mes forces qui faiblissaient de plus en plus. Mon cœur battait à peine. Je sentais la mort qui me guettait. Mon souffle devenait de plus en plus court. Je savais que j’étais arrivé au bout de ma route. Oh, mon ami, attendez un peu d’en arriver là une fois, alors vous penserez à beaucoup de choses que vous avez faites. Je savais que je n’avais jamais fumé, ni bu, ni eu des habitudes impures, mais je savais que je n’étais pas prêt à rencontrer mon Dieu.

Mon ami, si vous n’êtes qu’un membre d’église froid et formaliste, vous saurez, quand vous arriverez à la fin, que vous n’êtes pas prêt. Alors, si c’est tout ce que vous savez au sujet de mon Dieu, je vous demande de vous agenouiller en ce moment même, et de demander à Jésus de vous donner cette expérience de la nouvelle Naissance dont Il a parlé à Nicodème dans Jean, chapitre 3. Et, oh, les cloches de la joie carillonneront! Gloire à Son Nom!



Les jeunes années (suite)

Il faisait de plus en plus noir dans la chambre d’hôpital, c’était comme dans une forêt dense. Je pouvais entendre le vent qui soufflait dans les feuilles, mais il était comme très loin dans la forêt. Vous avez probablement déjà entendu une bouffée de vent, quand elle s’approche de plus en plus en soufflant dans les feuilles. Je me suis dit“Eh bien, c’est la mort qui vient me chercher.” Oh! mon âme allait rencontrer Dieu, j’essayais de prier mais je n’y arrivais pas.
Le vent s’approchait, avec un mugissement grandissant. Le bruissement des feuilles — puis, tout d’un coup, j’étais parti.
C’était comme si j’étais redevenu un petit garçon, pieds nus, j’étais là, dans l’allée, sous ce même arbre. J’ai entendu cette même voix qui avait dit“Ne bois et ne fume jamais.” Et les feuilles que j’entendais, c’étaient les mêmes que celles qui bruissaient dans l’arbre ce jour-là.
Mais cette fois, la voix disait“Je t’ai appelé et tu as refusé d’obéir.” Elle l’a dit à trois reprises.
Alors j’ai dit“Seigneur, si c’est Toi, permets que je retourne sur terre, et je prêcherai Ton Évangile sur les toits et au coin des rues. J’en parlerai à tous!”

Quand la vision a disparu, j’ai constaté que je ne m’étais jamais mieux senti. Mon chirurgien était encore dans l’établissement. Il est venu, m’a regardé, il était surpris. Il m’a regardé comme s’il s’était attendu à me trouver mort, ensuite il a dit“Je ne suis pas un homme qui va beaucoup à l’église, ma clientèle est trop nombreuse pour ça, mais je sais que Dieu a visité ce garçon.” Pourquoi il a dit cela, je ne sais pas. Personne n’avait dit un mot là-dessus. Si j’avais su à l’époque ce que je sais maintenant, je me serais levé du lit en poussant des cris de louange à Son Nom.
Au bout de quelques jours, on m’a permis de rentrer à la maison, mais j’étais encore malade, et j’étais obligé de porter des lunettes parce que je souffrais d’astigmatisme. Ma tête tremblait quand je fixais quelque chose pendant un instant.

Je me suis mis en quête de trouver Dieu. J’allais d’église en église, je cherchais un endroit où il y aurait un appel à l’autel à l’ancienne mode. Ce qui est triste, c’est que je n’ai pu en trouver aucun.

Je disais que si jamais je devenais un Chrétien, j’en serais un vrai. Un prédicateur qui m’avait entendu faire cette remarque m’a dit“Allons, Billy, mon garçon, voilà que tu sombres dans le fanatisme.” J’ai dit que si jamais je me convertissais, je voulais sentir le changement quand il se produirait, exactement comme les disciples l’avaient senti.
Oh, gloire à Son Nom. Je me suis converti quelque temps plus tard, et je le suis toujours, et, avec Son aide, je le serai toujours.

Un soir, j’avais tellement faim de Dieu et d’une expérience réelle que je suis allé dans le vieux hangar derrière la maison, et j’ai essayé de prier. À l’époque je ne savais pas comment prier, alors je me suis simplement mis à Lui parler comme j’aurais parlé à n’importe qui d’autre. Tout à coup une lumière est entrée dans le hangar, elle a formé une croix, et la voix qui est sortie de cette croix m’a parlé dans une langue que je ne comprenais pas. Ensuite elle a disparu. J’étais fasciné. Quand j’ai repris mes sens, j’ai prié“Seigneur, si c’est Toi, je T’en prie, reviens me parler.” Depuis que j’étais rentré de l’hôpital, je lisais ma Bible, et j’avais lu dans Jean 4 : “Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit, mais éprouvez-les, pour savoir s’ils sont de Dieu.”

Je savais qu’un esprit m’était apparu et, pendant que je priais, il est réapparu. Alors, c’était comme si mon âme avait été déchargée d’un poids de mille livres. D’un bond je me suis levé et j’ai couru vers la maison; j’avais l’impression que je courais sans toucher terre.

Maman m’a demandé “Bill, qu’est-ce qui t’est arrivé?” J'ai répondu“Je ne sais pas, mais en tout cas, je me sens vraiment léger.” Je ne pouvais pas rester dans la maison plus longtemps. Il fallait que je sorte courir.

À ce moment-là je savais que si Dieu voulait que je prêche, Il me guérirait, alors je suis allé à une église où on croyait à l’onction d’huile, et j’ai été guéri instantanément. Alors j’ai vu que les disciples possédaient quelque chose que la plupart des prédicateurs ne possèdent pas aujourd’hui. Les disciples étaient baptisés du Saint-Esprit, et c’est pour ça qu’ils pouvaient guérir les malades et accomplir de grands miracles en Son Nom. J’ai donc commencé à prier pour recevoir le baptême du Saint-Esprit, et je l’ai reçu.

Un jour, environ six mois plus tard, Dieu m’a donné ce que mon cœur désirait. Il m’a parlé dans une grande Lumière, Il m’a dit d’aller prêcher et de prier pour les malades, et qu’Il les guérirait, quelle que soit leur maladie. J’ai commencé à prêcher et à faire ce qu’Il m’avait dit de faire. Oh, mon ami, je ne pourrais entreprendre de vous raconter tout ce qui s’est produitLes yeux des aveugles se sont ouverts, les boiteux ont marché, des cancers ont été guéris, et des miracles de toutes sortes ont été accomplis.

Un jour, au bout de la rue Spring, à Jeffersonville, dans l’Indiana, après une série de réunions de réveil de deux semaines, je baptisais 130 personnes. C’était une journée chaude d’août, et environ 3000 personnes étaient présentes. J’allais baptiser la 17ème quand, tout à coup, j’ai de nouveau entendu cette petite voix tranquille; elle disait“Lève les yeux.” Par cette journée chaude d’août, le ciel était d’airain. Il y avait peut-être trois semaines que nous n’avions pas eu de pluie. J’ai entendu la voix de nouveau, et une troisième fois encore, qui disait“Lève les yeux.”

J’ai levé les yeux, et une grande étoile brillante — que j’avais déjà vue bien des fois, mais dont je ne vous ai pas parlé — est arrivée du ciel. Bien des fois, j’ai parlé à des gens de cette étoile qui apparaissait, et ils se contentaient de rire, en disant“Bill, tu ne fais qu’imaginer ça. Ou peut-être que tu rêvais.” Mais, gloire à Dieu, cette fois-là Il S’était montré de façon visible devant tous, parce qu’elle est venue si près de moi que je ne pouvais même pas parler. Au bout de quelques secondes, j’ai poussé un cri, et plusieurs personnes ont regardé et ont vu l’étoile, qui était juste au-dessus de moi. Quelques-uns se sont évanouis, tandis que d’autres se sont mis à crier et que d’autres se sont enfuis. Ensuite, l’étoile est repartie dans le ciel; l’endroit d’où elle était venue mesurait environ quinze pieds carrés [1,40 mettres carré] et à cet endroit-là on pouvait voir un mouvement continuel comme de remous ou qui ressemblait au moutonnement des vagues. Un petit nuage blanc s’était formé à cet endroit, et l’étoile est entrée dans ce petit nuage.

Comme Jean-Baptiste, le prophète a été confirmé dans les eaux du baptême.




LA VISITATION D'UN ANGE

Les visions ont continué. Ses collègues dans le ministère lui ont dit que ses visions ne venaient pas de Dieu. On lui a dit qu’il était possédé d’un mauvais esprit. Cela l’a troublé profondément. Le fardeau est devenu trop lourd à porter, il est alors parti dans un lieu sauvage pour chercher la volonté de Dieu. Cela lui tenait tellement à cœur qu’il avait juré qu’il ne reviendrait pas tant qu’il n’aurait pas reçu de réponse. C’est là, dans une vieille cabane de trappeur, que l’Ange du Seigneur lui a donné sa commission. L’Ange lui a dit notamment“Si tu amènes les gens à te croire, et que tu es sincère quand tu pries, rien ne résistera à tes prières, pas même le cancer.”

Tous les doutes avaient disparu. Maintenant, il avait une commission, et il est allé de l’avant avec assurance. Le réveil de guérison avait commencé.

Des centaines de milliers de personnes ont assisté aux campagnes Branham. Des milliers ont été guéris au Nom du Seigneur Jésus-Christ. D’autres évangélistes, comme Oral Roberts, T.L. Osborn et A.A. Allen ont bientôt suivi Frère Branham et ont commencé leurs propres campagnes de réveil de guérison. Le Seigneur a fait pleuvoir Ses bénédictions comme jamais auparavant. La main guérissante de Jésus-Christ avait une nouvelle fois touché Son peuple.

“J’ai souvent pleuré de joie, en pensant au don que Dieu a fait récemment à l’Église, en la personne de notre bien-aimé frère, William Branham, avec son extraordinaire don de guérison. Voici un exemple d’une situation où Dieu a fait infiniment au-delà de tout ce que nous pouvions demander ou penser (Éphésiens 3:20) en effet, de tout ce que j’ai vu et lu, rien ne peut égaler le ministère de guérison de William Branham.”

Rév. F.F. Bosworth évangéliste de renommée mondiale, l’un des pères fondateurs de la dénomination des Assemblées de Dieu et également du mouvement pentecôtiste contemporain.

“Une fois, nous le voyons parler à un homme allongé sur une civière. Tout d’abord, l’homme ne donne aucun signe de réponse sensée. L’explication vient de son épouse, qui se tient à son côténon seulement cet homme est en train de mourir du cancer, mais il est également sourd, et n’entend pas ce qu’on dit.

Frère Branham dit alors qu’il faudra d’abord que l’homme retrouve l’ouïe, pour qu’il puisse ensuite lui donner des instructions pour la guérison de son cancer. Après un instant de prière, l’homme entend! De grosses larmes coulent sur ses joues, alors que son visage était resté inexpressif et figé pendant toute la soirée. Très intéressé, il écoute Frère Branham lui expliquer comment va se réaliser sa délivrance du cancer.”

Rév. Gordon Lindsay, auteur accompli, prédicateur et fondateur de l’Institut de Christ pour les nations.
“Frère Branham a dit‘Le membre du Congrès est guéri.’ Mon cœur a bondi. J’ai fait le pas et accepté le Seigneur comme mon Guérisseur. J’ai déposé mes béquilles… et les écluses des Cieux s’ouvrirent!”

William D. Upshaw, membre du Congrès américain (1919-1927), candidat à la présidence des États-Unis en 1932. Infirme depuis son enfance, à la suite d’une chute qui lui avait brisé le dos. Il avait quatre-vingt-quatre ans quand il fut complètement guéri par la prière de Frère Branham. Il avait été infirme pendant soixante-six ans. Il n’a plus eu besoin de fauteuil roulant ni de béquilles jusqu’à la fin de sa vie.

“J’étais alitée depuis huit ans et neuf mois, je souffrais de la tuberculose, et j’étais condamnée par les médecins. Je pesais à peine 50 livres [23 kilos], tout espoir semblait s’être envolé. Alors, de Jeffersonville, dans l’Indiana, Frère William Branham est arrivé, suite à une vision qu’il avait eue d’un agneau qui était pris au piège dans une région sauvage et qui criait‘Milltown’ (c’est l’endroit où j’habite). Frère Branham n’était jamais venu ici et il ne connaissait personne d’ici non plus. En entrant, il m’a imposé les mains, et il a prié en invoquant sur moi le Nom de notre cher Seigneur Jésus. C’est comme si quelque chose s’était emparé de moi, et d’un bond je me suis levée, en rendant grâces à Dieu pour Sa Puissance de guérison. Je suis maintenant la pianiste de l’église baptiste d’ici.”

Georgie Carter, de Milltown, dans l’Indiana, a été guérie en 1940 d’une tuberculose en phase terminale. Elle n’a plus souffert un seul jour de cette maladie. Elle représente des dizaines de milliers de personnes qui ont été guéries grâce au ministère de Frère Branham et qui sont toujours guéries aujourd’hui.



La Colonne de Feu
Frère Branham décrit souvent une Colonne de Feu qui a confirmé son ministère. Elle était présente à sa naissance, elle a été vue par des milliers de personnes sur la rive de la rivière Ohio, et elle semblait le suivre partout où il allait. C’est en 1950 que le Seigneur a donné aux croyants, et aux incroyants, la preuve infaillible que cette Colonne de Feu accompagnait le prophète.

La soirée au stade Sam Houston fut entourée de controverse. Frère Branham conduisait une campagne de réveil de guérison qui balayait le pays. Les bénédictions du Seigneur Jésus se déversaient comme de la pluie sur les champs de blé spirituels. Mais les grands signes et prodiges ne sont pas venus sans qu’il y ait des critiques. Comme toujours, l’ennemi a suscité un adversaire. Les deux forces se sont rencontrées à Houston, au Texas, et l’Ange du Seigneur Lui-même est descendu combattre.

Des milliers de personnes étaient déjà présentes pour témoigner des innombrables miracles qui suivaient cet homme de Dieu. La veille, un groupe de pasteurs locaux avait invité le prophète à relever le défi de participer à un débat sur la guérison Divine. C’est le révérend F.F Bosworth compagnon de longue date du prophète, qui a tenu à relever ce défi. Les nombreux sceptiques étaient représentés par un pasteur baptiste local qui s’opposait vivement à la guérison Divine. Il y a eu des fuites dans la presse à propos du débat qui allait avoir lieu, et les journaux en ont rapidement fait leurs manchettes:
“Empoignade théologique ce soir à 19h au stade Sam Houston.”

Ce sceptique a engagé Ted Kipperman, un photographe professionnel des studios Douglas, pour couvrir le débat. Ce soir-là, des photos ont été prises de Frère Bosworth se tenant modestement debout alors que le sceptique posait en prenant des attitudes intimidantes, comme de pointer un doigt accusateur vers cet homme âgé.

Lorsque le débat commença, Frère Bosworth démontra rapidement l’authenticité de la guérison par des preuves bibliques, et ensuite, pour couper court à la controverse, il demanda à tous ceux qui avaient été guéris de leurs infirmités de se lever. Des milliers de personnes se levèrent. Il les fit rasseoir et demanda ensuite à tous ceux qui avaient été guéris par la guérison Divine et qui étaient des membres reconnus de la dénomination de cet homme, de bien vouloir se lever. Trois cents membres d’église se levèrent pour témoigner fièrement de la miséricorde du Seigneur Jésus à leur égard.

C’est alors que le sceptique lança ce défi : “Que ce guérisseur Divin s’avance. Qu’il se produise.” Frère Bosworth tint à préciser que le seul Guérisseur Divin, c’était Jésus, mais le sceptique vociférait de plus belle. Finalement, Frère Bosworth invita Frère Branham à venir sur l’estrade. Il accepta l’invitation au milieu de cris de soutien.


LE PROPHETE, REMPLI DU SAINT-ESPRIT, DONNA LA REPONSE SUIVANTE
Je ne peux guérir personne. Voici ce que je peux dire. Quand je suis né dans l’État du Kentucky, que j’étais bébé, d’après ma chère mère et comme cela a été confirmé durant toute ma vie, il y a une Lumière qui est entrée là, dans la pièce de ce petit abri où je me trouvais. Pas de plancher, il n’y avait même pas de fenêtre, juste une petite chose en guise de fenêtre, un genre de volet qu’ils ont ouvert vers les cinq heures du matin, et cette Lumière est entrée en décrivant des cercles, alors que le jour se levait. Depuis ce temps-là, Elle m’a accompagné. C’est un Ange de Dieu. Il m’a rencontré en personne il y a quelques années. Tout au long de ma vie, Il m’a dit des choses qui sont arrivées, et je les ai dites exactement comme Il me les a dites. Et je mets au défi n’importe qui, n’importe où, d’aller dans la ville où j’ai grandi ou n’importe où ailleurs, et de m’indiquer une seule déclaration faite au Nom du Seigneur qui ne se soit pas accomplie exactement comme annoncé.

Après ces paroles, le Saint-Esprit est descendu sur l’estrade; tout excité, le photographe a pris une photo. Frère Branham, en quittant l’estrade, a fait cette déclaration simple mais prophétique :
“Dieu rendra témoignage. Je n’ajouterai rien.”



L’associé de M. Kipperman s’est rapidement mis au travail; il développa les photos pour qu’elles paraissent dans les nouvelles du lendemain matin. Il remarqua quelque chose d’étrange quand il retira la première photo du bain révélateur. Cette photo, comme les cinq suivantes, était blanche. Il faillit s’évanouir en retirant la dernière photo de la solution. Là, sur cette dernière photographie, se trouvait la Colonne de Feu sous une forme visible, suspendue au-dessus de la tête du prophète de Dieu, William Marrion Branham.

Les enfants d’Israël furent témoins de la Colonne de Feu qui conduisait Moïse, et aujourd’hui, les gens ont été témoins de cette même Colonne de Feu qui a conduit un autre prophète.


La photo fut rapidement transmise à George J. Lacy, examinateur professionnel en documents contestés pour le FBI américain, qui, en tant qu’expert, a confirmé l’authenticité de la photo. Le document officiel fourni par M.Lacy figure à la page suivante.

Cela est arrivé longtemps avant que les ordinateurs ou les appareils photo numériques existent, et aucune méthode connue de la science n’a pu l’expliquer autrement qu’en disant qu’une Lumière réelle s’était trouvée au-dessus de la tête de William Branham. Aujourd’hui, on peut voir cette même photographie à la bibliothèque du Congrès américain, à Washington, D.C., la capitale du pays


Les mystères révélés

Tôt dans le ministère de Frère Branham, il est apparu clairement que le système dénominationnel avait été créé pour promouvoir les organisations religieuses et non le véritable Évangile. Frère Branham croyait chaque mot de la Bible et ne voulait pas faire de compromis, même si cela signifiait être rejeté par ses collègues, ses amis ou sa famille.

Alors qu’il était encore membre de l’Église baptiste missionnaire, on lui a demandé d’ordonner des femmes prédicateurs. Mais il connaissait trop bien les Écritures pour le faire. I Thimotée 2:12 dit clairement : “Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme; mais elle doit demeurer dans le silence”, et I Corinthiens 14:31 dit : “Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler.” Cela n’était pas dirigé contre les femmes, mais c’était écrit noir sur blanc dans la Bible. Au moment de l’ultimatum, il ne pouvait pas faire de compromis, il a donc quitté l’église.

Ce n’était pas le seul passage des Écritures dont les dénominations ne tenaient aucun compte. Le Seigneur a révélé à Frère Branham la vérité sur le baptême. Comment Jésus a-t-IL pu ordonner
“ Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit”, alors que tous les baptêmes rapportés dans la Bible ont été faits au Nom de Jésus? Dans Actes 2:38; l’apôtre Pierre ordonne de se repentir et d’être baptisé au Nom de Jésus-Christ. Les Écritures concordent parfaitement, mais il a fallu un prophète pour révéler ce secret “Père” n’est pas un nom, “Fils” n’est pas un nom et “Saint-Esprit” n’est pas un nom. Un homme est le père de ses enfants, le fils de ses parents et le frère de ses frères et sœurs, pourtant il ne s’appelle pas “père,” “fils” ou “frère”. Père, Fils et Saint-Esprit sont des titres qui se rapportent au Nom, Jésus-Christ. Il y a harmonie parfaite entre Matthieuet 28:19 et Actes 2:38.

Même le péché originel dans le jardin d’Éden a été révéléce n’était pas le fait de manger un fruit, c’était quelque chose de bien plus grave. Comment le fait de manger un fruit aurait-il pu révéler immédiatement à Adam et Ève qu’ils étaient nus? Cela n’a aucun sens. Quel rapport y a-t-il entre une pomme et le fait d’être nu? Le prophète de Dieu a clairement révélé ce secret.

Qui étaient les anges dont il est parlé dans Apocalypse 2 et 3? Leurs noms sont peut-être familiers.
Qui sont les mystérieux cavaliers d’Apocalypse 6? Ils ont en commun quelque chose de très important.
Les États-Unis sont-ils mentionnés dans le Livre de l’Apocalypse?
Qui sont les 144 000 qui sont sauvés, au chapitre 7?
Qui est la grande prostituée du chapitre 17? Son identité et tous ces secrets ont été révélés dans le Message de ce puissant prophète envoyé de Dieu.

Non seulement d’innombrables miracles ont suivi cet homme, mais les mystères cachés dans la Bible au cours des âges ont aussi été révélés dans son ministère. Il est apparu clairement que ce prophète a accompli plus de passages des Écritures que Malachie 4

Apocalypse 10.7 : Mais qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sonnerait de la trompette, le mystère de Dieu s’accomplirait, comme il l’a annoncé à ses serviteurs, les prophètes.

Une Voix crie actuellement aux gens du monde entier de sortir des dénominations et de retourner à la Parole originelle de Dieu. Chacun d’entre nous a la même possibilité que Pierre, Jacques et Jean à l’époque. Nous avons la possibilité d’être comptés parmi le petit nombre de ceux que Dieu a choisis, qui ont refusé de s’incliner devant les organisations religieuses du jour.

Les Saintes Écritures rapportent la vie et les actions d’hommes qui ont marché avec Dieu, et qui étaient tellement oints de Son Esprit qu’ils ont déclaré AINSI DIT LE SEIGNEUR, et leurs paroles ont été confirmées par des signes et des prodiges infaillibles. Ils étaient les prophètes de Dieu et la Voix de Dieu pour leur génération.

Les temps sont-ils maintenant différents de ce qu’ils étaient quand Jésus était ici? Ce sont les chefs religieux qui L’ont crucifié. Les disciples étaient une infime minorité au milieu d’un énorme système religieux. On les a rejetés, ridiculisés et finalement tués pour avoir pris position contre le système dénominationnel traditionnel. Aujourd’hui, on ne nous met peut-être pas à mort à cause de nos croyances, mais on nous persécute. Comme à l’époque des pharisiens et des sadducéens, les gens d’aujourd’hui ne peuvent pas nier les miracles qui ont suivi le ministère de Frère Branham, ils ont donc recours à d’autres attaques. Vous allez peut-être entendre dire que c’était un faux prophète, le chef d’une secte, ou pire encore. En réalité, c’était un homme de Dieu humble, qui s’est opposé fermement au contrôle rigide que les dénominations et les sectes exercent sur le peuple de Dieu. Quand Jésus s’est opposé à leurs dogmes et à leurs traditions, ils l’ont attaqué de la même manière.

Frère Branham croyait chaque Parole de la Bible, et Dieu a honoré cela en utilisant son ministère pour conduire des millions d’âmes à Jésus-Christ. Aujourd’hui, la Voix du Septième Ange retentit plus fort que jamais. Quelque deux millions de personnes dans le monde entier croient le Message de Frère Branham. C’est peut-être une infime minorité par rapport aux deux milliards de personnes qui se prétendent Chrétiens, mais le peuple de Dieu n’a-tpas toujours été une minorité?

Nous avons plus de 1200 sermons enregistrés dans lesquels se fait entendre la Voix dont la venue a été prophétisée dans Apocalypse 10:7. Chacun de ces sermons vous dévoilera d’autres mystères de Dieu. Si vous désirez entendre cette Voix, les enregistrements sont disponibles.

À VOUS DE CHOISIR

À aucun instant je n’apporte aux gens un message pour les pousser à me suivre ou à se rattacher à mon assemblée, ou à fonder un groupe, une organisation. Je n’ai jamais fait cela, et je ne le ferai pas maintenant. Je n’ai pas d’intérêt pour ces choses. J’ai, en revanche, un intérêt pour les choses de Dieu et pour les gens, et je serai satisfait si je peux réaliser une seule chose. Cette chose, c’est de voir s’établir une relation spirituelle véritable entre Dieu et les hommes, dans laquelle les hommes deviennent de nouvelles créatures en Christ, remplis de Son Esprit, et vivant selon Sa Parole. J’adresse à tous une invitation, un appel et un avertissement, pour que vous écoutiez Sa voix maintenant même, et que vous Lui abandonniez entièrement votre vie, comme je suis certain de Lui avoir abandonné tout ce que j’ai. Que Dieu vous bénisse, et que Sa venue réjouisse votre cœur.

Rév. William Marrion Branham


Shalom et que DIEU VOUS BENISSE


 

ACCUEIL | QUI SOMMES NOUS ? | WILLIAM BRANHAM | JOSEPH CHARITE COLEMAN | MINISTERE PASTORAL | CONVENTIONS | REUNIONS DE REVEIL | MESURE DE PENSEE ET D'ETUDE | LA SAGESSE CACHEE DE MELSHISEDECH | THE SHOUT AND THE VOICE PUBLICATION | ANGELS VOICE | NOUS SUIVRE EN DIRECT | BIBLE | ECOLE DE DIMANCHE | NOUS CONTACTER | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu